• Arthur Batut
  • ACO Dirk Brömmel
  • Surplombs
  • Photographier à loisir
  • L'espace est à vous
  • les femmes dans la guerre
  • Le portrait type
  • Le cerf-volant
  • Espace musée Arthur Batut
  • Exterieur

Le portrait type

Portrait Type… le portrait de l'invisible

"Reproduire à l’aide de la photographie une figure dont la réalité matérielle n’existe nulle part, un être irréel dont les éléments constitutifs sont disséminés sur un certain nombre d’individus et qui ne peut être conçu que virtuellement, n’est ce point un rêve ?

À partir d’un procédé imaginé par Francis Galton, Arthur BATUT met au point une méthode opératoire pour créer une image composite provenant de multiples portraits individuels.

"Les portraits seront tous exécutés rigoureusement de face et présenteront des dimensions identiques… les épreuves seront soigneusement repérées en se basant sur les yeux et collées sur des cartons… Plus grand est le nombre des sujets, moins se fait sentir l’influence individuelle, et plus prennent d’importance les traits généraux."

Rapidement, sa démarche va dépasser le simple cadre de l’anthropologie et investir les domaines de l’art. Il veut démontrer par sa méthode que la photographie met, à la portée de tous, le pouvoir créateur des sculpteurs ou des peintres.

"Au début de nos expériences, nous éprouvions une sincère émotion à voir lentement apparaître, à la pâle lueur du laboratoire, cette figure impersonnelle qui n’existe nulle part et que l’on pourrait nommer le portrait de l’invisible."

Mode opératoire

Mode opératoire

"Si l’on fait défiler devant un appareil photographique une série de portrait d’individus appartenant à la même race, en donnant à chacun d’eux une pose trop courte pour en permettre la reproduction, et si leur nombre est suffisant pour que la somme de ces poses trop courtes atteigne la longueur d’une pose normale, on obtiendra le résultat que voici :

  • les traits individuels, n’ayant pas eu le temps de pose nécessaire, se trouveront éliminés,
  • les traits communs à l’ensemble des portraits, ceux qui constituent le lien  de la race, le type apparaîtront seuls sur la plaque."

Après des essais encourageants sur les villageois de Labruguière, Arthur Batut  dresse le portrait-type de l’arlésienne, des femmes d’Agde, ou encore des habitants de Vich et de Huesca en Espagne.

Petite polémique sur le portrait type

"Le portrait type permet d’obtenir le type d’une famille, d’une tribu ou d’une race, et peut certainement rendre des services au point de vue ethnologique".

Il ne voulait rien démontrer, mais simplement affirmer une de ses constatations qui l’avait beaucoup intrigué : les personnes vivant dans de mêmes lieux géographiques, avec peu de contacts avec l’extérieur, ont de multiples points physiques communs. Une certaine presse à l’époque a extrapolé, et il s’est expliqué :

"La photographie de type a été appliquée à tort à des recherches pour lesquelles elle n’est pas faite. En Amérique on a voulu en tirer le type du médecin, de l’industriel ou du pasteur. En Italie, Lombroso, criminaliste, a voulu s’en servir pour obtenir le type du criminel. Ce n’est pas sérieux. Le procédé met en évidence des analogies physiques, et pas des analogies intellectuelles."

En fait, la meilleure critique qui lui ait été faite lors de la sortie de son traité : "À vouloir trop prouver, vous ne prouvez rien sinon que tous les hommes sont frères".