• Arthur Batut
  • les femmes dans la guerre
  • ACO Dirk Brömmel
  • Contemplations
  • Les jardins du Barri
  • Nuit Européenne des Musées
  • Le portrait type
  • Le cerf-volant
  • Espace musée Arthur Batut
  • Exterieur

En cours

" De Marie Curie à Mata Hari "

" Le rôle des femmes dans la grande guerre " 

 

Exposition préparée par

Danielle Autha et Serge Nègre 

 

du 8 mars au 20 mai 2017

vernissage mercredi 8 mars à 18h30

    A l'occasion de la journée de la femme
    Lectures de lettres de femmes de poilus
    à 18h30 dans la galerie (15mn)
    pour ceux qui souhaitent prolonger ce moment
    à 19h15 à la médiathèque (30mn)

 

                                                                                                                                                      Marthe Vezian ( épouse de Raoul Batut) 
                                                                                                                             Photographie Arthur Batut transformée par Serge Nègre

Pour nous distinguer parmi les manifestations qui marquent le centenaire de la Grande Guerre, il nous a semblé judicieux d'offrir les cimaises de l'Espace Arthur Batut aux compagnes des  Poilus. Elles ont largement contribué aux efforts du pays alors même que leur travail a été en partie éclipsé. N'est-il pas vrai qu' «un homme sur deux, est une femme» ? Les rendre visibles dans le paysage masculin de la guerre permet au visiteur de découvrir une réalité parfois occultée.

Sait-on que sur les 77 personnalités honorées au Panthéon il n'y a que 4 femmes, dont 2 depuis 2014. (Sophie Berthelot, Marie Curie, Germaine Tillion, Geneviève de Gaule-Anthonioz). Selon un slogan féministe des années 1970 «il y a encore plus inconnu que le soldat inconnu, c'est sa femme !»

Nous nous sommes fixés comme objectif de montrer des documents rares, des images emblématiques. Il importe d' afficher les clichés inconnus, conservés par les anciens labruguièrois  qui dévoilent la physionomie et  l'atmosphère  de la ville à cette  époque. Il ne s'agit pas d'un travail  conceptuel  ou contemporain, mais d'une exposition historique accompagnée de larges texte.
Ce corpus hétéroclite de photographies, remède contre l'oubli, rend  tout simplement hommage aux courageuses femmes de cette période. Si à Sarajevo le 28 juin 1914 l'assassinat de François Ferdinand mettait le feu aux poudres, on oublie souvent de citer, la duchesse Sophie, son épouse,  victime elle aussi de Gavrilo
     Atelier de fabrication de cerfs-volants Saconney et de ballons  
d'observation à Meudon, dans le camp de Châlons (photographie anonyme)

 

Voici que défilent sous nos yeux des personnalités célèbres :
Marie Curie, Nicole Mangin, Sarah Bernhardt, Rosa Luxemburg, Mata Hari mais également  des  inconnues et des  anonymes.
Originaires des divers  pays belligérants, elles représentent toutes les catégories sociales . Elles occupent des activités pour la plupart jusques-là réservées aux hommes. Certaines photographies peuvent  surprendre et  paraître aujourd'hui surréalistes.
Les douces mains des «anges blancs», infirmières, médecins, radiologues, ont soigné et caressé  les blessés. Les beaux visages des artistes, les corps sveltes et lisses, des marraines de guerre et des prostituées ont fait rêver combien de poilus ?    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Marie Curie dispense le cours aux infirmières en radiologie,                                                                                        à l'Hôpital-Ecole Edith Cavell (Photographie Musée Curie, Archives et Iconographie, Paris

 

De la plus humble à la plus héroïque, de la plus distinguée à la plus modeste, nous ne voulions en oublier aucune, les aviatrices et  les espionnes, les « munitionnettes» et les Madelons, les cantinières, les Alsaciennes et les humbles ouvrières, ou les simples paysannes. Chacune a valorisé ses talents, permettant l'émergence d'une femme nouvelle qui a dû rentrer dans le rang sitôt la guerre finie.

N'est-il pas émouvant tout au long de l'exposition, de découvrir que nos arrières grand-mères ainsi que nos grand-mères, pour qui certains, ont une immense tendresse avant d'être « vieilles » ont été jeunes elles aussi !

En plus de leur rôle de mère et d'épouse, elles ont dû remplacer les hommes dans bien des domaines, à tous les échelons. Elles ont excellé comme chef d'entreprise  que ce soit dans l'industrie ou le commerce mais également dans les usines. Elles se sont révélées dans les fermes comme des agricultrices expérimentées. Toutes les administrations ont eu recours à leur savoir faire. Avions-nous imaginé leur courage, leur vaillance dans les épreuves du quotidien, la pénurie et la mort ? Elles n'ont écouté que leur cœur, attelées à un ouvrage immense et au-dessus des forces du dit sexe faible.


Fabrication de caillebotis pour les tranchées à Pompey en 1915
(photographie anonyme in «l'agriculture et la guerre»)

 

La guerre terminée beaucoup se sont retrouvées veuves, tandis qu'une foule de poilus marqués dans leur chair et gravement mutilés sont rentrés au foyer. Leurs compagnes se sont  alors dévouées auprès d'un  mari ou d'un fiancé affaibli, amputé, paralysé, défiguré. L'une d'elles nous a fait cette remarque admirable « on m'a appelée Marie on aurait dû m'appeler Patience ».  Elle soigna pendant plus de cinquante ans la jambe en décomposition de son époux qui au retour du front, avait refusé l'amputation  proposée.

 

Saisissant l'opportunité de ces commémorations, les humains  tireront-ils enfin des leçons du passé ? Sera-il possible un jour de stopper les conflits par la diplomatie et non par la guerre ?  Ce mal qui déshonore le genre humain, occupe encore trop souvent les informations journalières. Les confrontations armées entraînent des conséquences si lourdes, destructions, vies  brisées, corps meurtris à jamais qu'elles marquent durablement  les esprits, engendrent haine et désirs de vengeance. Le cercle vicieux de l'enchaînement des violences  ne s'arrêtera-t-il donc jamais ? 
 

                                                                                                                                                                                                                                                             Ouvrières à la poudrerie de Toulouse    
                                                                                                                                   (Archives Municipales - Bibliothèque de Toulouse)

Que soient ici remerciés, tous ceux qui ont rendu cette exposition possible en acceptant de partager des  souvenirs et des documents précieux.  Des archives privées, la documentation de l'Institut Marie Curie, la BNF et les sources inépuisables d'internet ont fourni les sujets qui nous manquaient. Nous tenions à être des ambassadeurs de la paix et de la mémoire en mettant à l'honneur, celles qui furent à la peine. 

Danielle Autha  Nègre 

______________________

Conférence   " Marie Curie "

par Renaud Huynh - Directeur du Musée Curie

Vendredi  21 avril à 18h30  

Marie Curie (1867-1934)
Cette conférence, illustrée de nombreux documents et photographies provenant des collections du Musée Curie, permet de (re-)découvrir la vie et l'œuvre de Marie Curie, dont nous commémorons en 2017 le 150ème anniversaire. De sa naissance à Varsovie en 1867 jusqu'à son entrée au Panthéon des Grands Hommes en 1995, c'est un retour sur le parcours de cette femme de science qui est proposé ici, dans le cadre de l'exposition "de Marie Curie à Mata Hari et les femmes oubliées de l'histoire".